Accueil

Bienvenue sur le site de recherche sur la dynamique de population des campagnols terrestres en Auvergne. Ce site a pour but d’informer sur ce qui est fait dans ce programme, et de recueillir l’autorisation d’agriculteurs pour faire des relevés dans leurs parcelles.

 

Ce programme est financé par la Région Auvergne-Rhône-Alpes et le Feder.

Programme de recherche

C’est en répondant à l’appel à projet “Campagnol terrestre” lancé durant l’été 2016 par le conseil régional d’Auvergne et le Feder que nous avons lancé notre programme de recherche intitulé “Caractérisation des facteurs de régulation des populations de campagnols terrestres notamment ceux entrainant le déclin”.

Il s’agit avant tout d’une action de recherche fondamentale, visant à comprendre les déterminants des modifications d’abondance de l’espèce, mais les résultats de ce travail devraient pouvoir être mobilisés dans un contexte de gestion des populations.

L’objectif du projet de recherche

L’identification de phases-clefs dans la dynamique de population de l’espèce reste un préalable à toute action de régulation. Il s’agit en particulier de comprendre les phases du cycle ; d’identifier puis d’étudier les causes des événements entrainant les pullulations et ceux amorçant la phase de déclin. L’acquisition de ces informations nécessite des suivis en pleins champs à fine échelle temporelle avec une approche systémique centrée sur l’espèce. Ainsi, il faut mesurer dans l’environnement les paramètres pouvant impacter ses effectifs (la qualité de la végétation, le climat, les parasites, la densité d’individus) et les paramètres démographiques sur lesquels ils peuvent agir (survie, reproduction, âge, sex-ratio, …).

Les sorties de ce projet sont 1) de produire des connaissances nouvelles sur le cycle démographique de ces rongeurs et d’identifier les paramètres environnementaux à même de l’influencer (variables de forçage externes). 2) D’identifier des leviers d’action à mobiliser sur le terrain pour réguler les populations ou accélérer la phase de déclin 3) D’évaluer la faisabilité / pertinences de ces solutions en lien avec les acteurs de terrain.

Ce projet se base donc principalement sur l’étude de l’écologie du campagnol terrestre dans les parcelles agricoles et nécessite un suivi sur le long terme et à fine résolution temporelle.

 

Pourquoi un suivi long terme ?

Les cycles de campagnols terrestres en Auvergne sont longs, avec une période de l’ordre de 5 à 6 ans. On s’attend à ce que les paramètres démographiques évoluent au cours de ce cycle et que ces évolutions soient responsables des pullulations et des déclins. Il est donc nécessaire de connaitre les paramètres démographiques tout au long du cycle pour bien interpréter lesquels sont responsables des pullulations et des déclins.

Pourquoi un suivi à fine résolution temporelle ?

Les campagnols terrestres ont une durée de vie courte, probablement d’une année et demie pour les plus longévifs. Si l’on veut connaitre le nombre de fois qu’une femelle se reproduit dans la nature, la probabilité de survie mensuelle ou encore si un hiver doux est favorable à leur survie, il faut être capable de recapturer plusieurs fois le même individu, afin d’appliquer des analyses de type CMR. Si pour un zèbre, un éléphant ou une orque, un relevé par an permet d’obtenir plus d’une dizaine de points à l’échelle de la vie d’un individu et de ne pas rater d’évènement de reproduction, il sera alors possible de modéliser correctement ces évènements. Il faudra par contre avoir plusieurs relevés par an pour obtenir la même précision chez le campagnol terrestre. C’est pour cela que des espacements de suivis de l’ordre d’un mois ou deux sont préconisés sur ces espèces, suivis qui n’ont à l’heure actuelle jamais été mis en place.

Protocoles de suivi sur le terrain

Cette page vise à préciser le type de relevés qui sont mis en place dans les parcelles agricoles. Il existe deux types de suivis, des suivis plein champs, fait chez des agriculteurs , et des suivis CMR qui seront mis en place à Laqueuille, sur le domaine expérimental de l’INRA (herbipole).

Détails des protocoles :

 

 

 

 

 

Vous voulez participer aux suivis plein champs en donnant l’accès à vos parcelles, cliquez ici

Privé : Autorisation d’accès aux parcelles

Afin de collecter des échantillons, nous devons avoir accès à des parcelles agricoles.
Nous cherchons prioritairement des parcelles
– de fauche
– d’une surface d’au moins 4ha
– présentent dans des zones ayant plus de 50% de Surfaces Toujours en Herbe dans la Surface Agricole Utile
– de prairies naturelles ou ayant plus de 5 ans
– situées à une altitude minimum de 400 mètres

Les piégeages seront non destructifs pour la végétation. Un détail des actions menées sur votre parcelle est disponible en cliquant ici.

Pour nous donner l’autorisation d’accès dans vos parcelles,

Vous pouvez nous répondre en nous renvoyant la plaquette

Ou en remplissant le formulaire en ligne

 

Qui participe ?

SCIENTIFIQUES & ÉQUIPE DE TERRAIN

L’équipe de recherche qui héberge ce programme est l’USC 1233 ; Rongeurs Sauvage, Risques Sanitaires et Gestion des Populations. Elle est basé à VetAgro-sup Lyon (campus vétérinaire) et à VetAgro-sup Clermont (campus agronomique).

Gaëlle Sobczyk-Moran – Stage M2 écologie  [février 2018-juillet 2018] – VetAgro-sup Clermont puis Technicienne en écologie  [septembre 2019-juin 2020], VetAgro-sup Clermont.

Julien Bourdiol [février 2018 – mai 2018 ] – Technicien en écologie, VetAgro-sup Clermont.

Etienne Ramadier – Ingénieur d’étude [Octobre 2017-  ] – VetAgro-sup Clermont.

Cédric Jaquet – Stage M2 écologie [février 2019-juillet 2019], VetAgro-sup Clermont.

Adrien Pinot – Enseignant chercheur en écologie (Maître de conférences) [automne 2016 – ], VetAgro-sup Clermont. Responsable du programme de recherche.

Virignie Lattard – Chercheuse INRA écotoxicologie (DR) [automne 2019 – ], VetAgro-sup Lyon.

Maléna Boussard Parrou [Avril 2016] – Stage court BTS GPN 1ère année, VetAgro-sup Clermont.

Bastien Gironde [Avril 2016] – Stage court BTS GPN 1ère année, VetAgro-sup Clermont.

Magali Mattei [automne 2016 – automne 2017 ] – Technicienne en écologie, VetAgro-sup Clermont.

Patrick Giraudoux – Enseignant chercheur en écologie (professeur), Université de Franche comté, Chrono-environnement.

Yves Michelin – Enseignant chercheur en géographie (professeur), VetAgro-Sup Clermont.

Elodie Perrot – Ingénieure d’étude, VetAgro-Sup Clermont.

Des collaborations sont également réalisées avec l’INRA de Tours (axe phéromone de l’AAP) et VetAgro-Sup Lyon  (axe nouvelles molécules campagnolicides écocompatibles) pour mutualiser l’effort d’échantillonnage.


PARTENAIRES TECHNIQUE

Viviane Thévenot, puis à partir de février 2018, Marie Tissot, puis à partir de 2019 Aude Agenis-Nevers (Animatrices Sidam )

Corinne MARTINS (Directrice FREDON Auvergne)

Sandrine Laffont (ingénieure FDGDON Puy de Dôme)

Alain Robert (Piégeur indépendant)


FINANCEURS

Sur la période 2017 – 2019, cette action de recherche est financé au travers du projet de recherche – contribution à la lutte contre les campagnols terrestres.

L’opération «Projet de recherche – Contribution à la lutte contre les campagnols terrestres » est cofinancée par le Conseil Régional d’Auvergne

L’opération «Projet de recherche – Contribution à la lutte contre les campagnols terrestres » est cofinancée par l’Union européenne dans le cadre du FEDER